Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Roses de Picardie au cinéma
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

 

 

 

Haydn Wood et le cinéma

 

 

Trois célèbres stars du cinéma (1928)

 

Haydn Wood s'est d'abord intéressé au théâtre et à l'opéra, par goût et par inclination professionnelle. Mais il n'a pas négligé le cinéma si l'on en croit Three Famous Cinema Stars [Trois célèbres stars du cinéma], une suite pour orchestre (ou pour piano) qu'il a composée à l'automne 1928, consacrée successivement à Ivor Novello, Dolores Del Rio et Charlie Chaplin.

 

En donnant le nom d'Ivor Novello à une « Valse Apache », Haydn Wood faisait allusion à un film anglais de 1926 dirigé par Graham Cutts, The Rat [La Canaille] ; Novello y tenait le rôle d'un caïd de la pègre parisienne. Ivor Novello (1893-1951) était un compositeur britannique de chansons populaires, mais aussi un acteur de théâtre et de cinéma à succès. Il était vraiment devenu une star en 1927 avec le film d'Alfred Hitchcock The Lodger [Le Locataire] dans lequel il interprétait le rôle-titre, celui d'un jeune homme pris à tort pour un tueur en série et sauvé du lynchage à la dernière minute.

Ivor Novello dans The Rat.

 

Dolores Del Rio (1905-1983), actrice d'origine mexicaine, avait fait ses débuts à Hollywood en 1925 où elle était rapidement devenue une star. Sept de ses films étaient sortis en Grande-Bretagne en 1928 et elle avait fait une visite de promotion à Londres en août de cette année-là.

 

Charlie Chaplin (1889-1977) que Haydn Wood avait peut-être vu sur une scène de vaudeville en Angleterre, était devenu une star internationale de cinéma en 1914. Son film The Circus (Le Cirque) était sorti à Londres en mars 1928.


The Small Man [L'Homme de petite condition] (1935)

 

Film réalisé par John Baxter, tourné aux Studios Stoll à Londres (Cricklewood) en février 1935 et sorti le 9 septembre 1935.

C'est l'histoire de petits commerçants dans une ville de province anglaise, qui résistent mal à la concurrence des grandes surfaces. Haydn Wood a composé la musique de ce film qui est aujourd'hui perdu. Un chroniqueur du Kinematograph Weekly rapporte que la musique « convient bien au film » et qu'elle est très mélodieuse.

Le même chroniqueur se plaint de l'ajout incongru à la fin du film d'une séquence de numéros musicaux. Dans l'un de ces numéros, Haydn Wood dirige le baryton Thorpe Bates et le Fodens Band (orchestre de cuivres) dans une chanson qu'il a composée pour le film, Wake up, You Son of a Gun! [Debout, vieille canaille !]

 

Photo de tournage : Haydn Wood (au centre), Thorpe Bates (à gauche) et le Fodens Band.


Riders to the Sea [Cavaliers à la mer] (1935)


  

Ce moyen métrage anglais réalisé par Brian Desmond Hurst, tourné en 1935 mais sorti en 1937, raconte l'histoire d'une femme qui perd en mer son mari et ses nombreux fils. L'action est située sur la côte ouest de l'Irlande.

Haydn Wood en a orchestré la musique en arrangeant cinq airs traditionnels irlandais ; le premier d'entre eux est connu sous le titre My Lagan Love. Joseph Lewis, un ami de Wood, a dirigé l'orchestre.

Riders to the Sea est visible sur YouTube.




Pathé News [Actualités Pathé] (1946)

 

Au printemps 1946, Haydn Wood est filmé par Pathé News dans le Queen Mary's Garden à Londres (Regent's Park). La séquence sort en salles le 3 juin 1946 avec un commentaire parlé sur fond de Bird of Love Divine, Intermezzo, une œuvre pour orchestre que Haydn Wood avait composé d'après sa chanson Bird of Love Divine [Oiseau d'amour divin]. L'interprétation utilisée est celle du New Concert Orchestra dirigé par Jay Wilbur, enregistrée peu de temps auparavant pour la collection de musique d'ambiance de Boosey & Hawkes.

À noter que l'orchestre symphonique et son chef que l'on voit à la fin de la séquence ne sont pas en train de jouer Bird of Love Divine. Il s'agit en fait de Sir Edward Elgar dirigeant une de ses propres œuvres.

Autres informations sur la séquence ici dans cette page.

 

La séquence est visible sur la chaîne de British Pathé sur YouTube.



En exclusivité

Les compositions de Haydn Wood
au cinéma, à la télévision, et en vidéo

Films, émissions de télévision, et vidéos, dans lesquels les personnages ou des personnes
écoutent ou interprètent des œuvres de Haydn Wood,
ou dans lesquels on a utilisé ses œuvres comme accompagnement.

Woody Allen, René Clair, Alfred Hitchcock, David Lean, Steven Spielberg …

 


Les compositions de Haydn Wood sont par ordre alphabétique.
L'année d'une composition est celle de sa publication.
L'année d'un film est celle de sa réalisation et non celle de sa première exploitation.
On trouvera les compositions de Haydn Wood sous leur titre français quand elles ont été publiées sous ce titre dans un pays de langue française (avec entre parenthèses leur titre original), sinon sous leur titre original [avec entre crochets une traduction française].
On trouvera les films qui ne sont pas de langue française sous leur titre français quand ils ont été exploités dans un pays de langue française (avec entre parenthèses leur titre original), sinon sous leur titre original [avec entre crochets une traduction française].

Une anomalie chronologique relative à la présence d'une œuvre de Haydn Wood dans un film est mentionnée à titre de curiosité. Cette mention ne constitue pas un jugement de valeur porté sur le film.

Liens vers des sites d'hébergement de vidéos : le film que vous espérez visionner peut avoir été bloqué dans votre pays.


Bird of Love Divine [Oiseau d'amour divin] (1912)

dans Heureux mortels (This Happy Breed)
réalisé par David Lean (Royaume-Uni, 1944)

Londres en 1925 : la famille Gibbons fête Noël. Ils sont réunis dans la salle de séjour avec des amis. Il y a une partition de Bird of Love Divine sur le piano. Tante Sylvia a décidé de pousser la chansonnette tout en s'accompagnant au piano.

Les parents se retrouvent seuls dans la pénombre de la cuisine. Ils entendent à travers la cloison Sylvia chanter d'une voix perçante Bird of Love Divine.

Roses de Picardie accompagne un autre moment de Heureux mortels.

This Happy Breed est visible sur YouTube. On aperçoit la partition à partir de 17:58 et Sylvia chante Bird of Love Divine à 31:01.


Bird of Love Divine

dans Un soir de rixe (Waterloo Road)
réalisé par Sidney Gilliat (Royaume-Uni, 1944)

À l'époque des bombardements allemands sur Londres et pendant que son mari est mobilisé, Tillie s'est amourachée de Ted, un mauvais garçon.

Pendant une alerte, au lieu de la conduire dans un abri, il la retient chez lui et tente de la séduire. Alors que Tillie va succomber aux avances de Ted, la radio annonce « Bird of Love Divine de Haydn Wood. » En entendant la charmante mélodie, Tillie éclate d'un rire nerveux, puis reprend ses esprits et fond en larmes en pensant à son mari. Ted lui reproche l'argent qu'il a déjà dépensé pour elle ; elle lui rétorque qu'elle n'aurait jamais imaginé qu'il puisse être aussi mesquin ; il la gifle.

Cet enregistrement pour grand orchestre de Bird of Love Divine a probablement été fait spécialement pour le film.

Waterloo Road est visible sur OK.RU. Bird of Love Divine est 1:01:51.


Bird of Love Divine, Intermezzo (1932)

dans Haydn Wood
Path
é News (Royaume-Uni, 1946)
séquence d'actualités

Dans cette courte séquence, Haydn Wood fait une promenade dans un jardin. Il contemple les nénuphars depuis une passerelle, fait une pause sur un banc devant un parterre de roses, et lève les yeux vers les arbres.


« L'envie de composer lui vient là où on s'y attendrait le plus : dans un jardin. » Le commentaire vient par-dessus Bird of Love Divine, Intermezzo pour grand orchestre, qui accompagne le documentaire du début à la fin.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Jay Wilbur dirige le New Concert Orchestra (Royaume-Uni, 1946?).

Cette séquence est visible sur la chaîne British Pathé sur YouTube.

Autres informations sur la séquence ici dans cette page.


A Bouquet of Happy Memories [Un bouquet de souvenirs heureux] (1941?)

dans La Nuit des talents
Conseil général de la Somme (France, 2006)

évènement filmé

Le 25 janvier 2006 à Mégacité, à Amiens, le Conseil général de la Somme a récompensé neuf talents de la Somme reconnus dans leurs milieux professionnels ou associatifs pour leurs activités artisanales ou industrielles, scientifiques ou artistiques. L'évènement a été filmé et conservé dans un double DVD diffusé par le Conseil général.

Au cours de la soirée, le Chœur de chambre Musicaa dirigé par le chanteur d'opéra Jean-Philippe Courtis, et accompagné par Jean-Pierre Baudon au piano, a donné A Bouquet of Happy Memories, un pot-pourri de six chansons à succès composées par Haydn Wood et arrangées par lui-même pour quatre solistes et chœur. Dans un premier temps, ils ont chanté The Sea Road [Le Chemin de mer], A Brown Bird Singing (Douce voix des oiseaux), It Is Only a Tiny Garden [C'est un tout petit jardin], Bird of Love Divine [Oiseau d'amour divin], et Love's Garden of Roses (Mon jardin de roses).


Pour clore la soirée, Jean-Philippe Courtis a chanté la partie de baryton et dirigé le Chœur de chambre Musicaa dans Roses de Picardie, le dernier opus du Bouquet of Happy Memories, toujours accompagnés par Jean-Pierre Baudon au piano.

Au cours de la soirée, Roses de Picardie a été joué dans trois autres versions différentes.


A Brown Bird Singing (Douce voix des oiseaux) (1922)

dans The Good Old Days [Au bon vieux temps]
conçu et produit par Barney Colehan (Royaume-Uni, 1977)

série de variétés pour la télévision

Dans ce spectacle de music-hall à l'ancienne reconstitué par la BBC, enregistré au City Varieties Theatre de Leeds et diffusé le 3 février 1977, la soprano Valérie Masterson chante A Brown Bird Singing ; elle est accompagnée par un petit orchestre dirigé par Bernard Herrmann.

Cette émission est visible sur YouTube. A Brown Bird Singing est à 23:31.


A Brown Bird Singing

dans The Duchess of Duke Street: Poor Little Rich Girl
[La Duchesse de Duke Street : Pauvre petite fille riche]
réalisé par Cyril Coke (Royaume-Uni, 1977)

série télévisée : saison 2, épisode 15

Londres, au milieu des années 20 : Louisa Trotter est propriétaire d'un petit hôtel pour aristocrates, dans Duke Street. Sa fille Lottie désire devenir chanteuse contre l'avis de sa mère.

  

Dans le hall à l'entrée, des employés de Louisa s'arrêtent pour écouter Lottie qui chante à l'étage pendant sa première leçon de chant. Son professeur l'accompagne au piano dans A Brown Bird Singing. On peut voir, sur le piano, une partition de A Brown Bird Singing.

  

Les acteurs, Lalla Ward et Jeremy Nicholas ont vraiment interprété A Brown Bird Singing pendant le tournage de cette séquence.


A Brown Bird Singing

dans Trade Secrets: Housekeepers [Secrets de fabrication : Gouvernantes]
réalisé par Iain B. MacDonald (Royaume-Uni, 1995)

documentaire de télévision : saison 1, épisode 5

Des gouvernantes partagent leurs astuces de nettoyage, par exemple comment nettoyer l'intérieur d'une bouilloire ou comment faire briller l'argenterie comme au premier jour. Après plusieurs exemples, le documentaire les montrent en train de prendre le thé, chacune dans sa cuisine.

 

La séquence est accompagnée par le tempo relaxant de A Brown Bird Singing comme si elles écoutaient la radio. Même une pendule fait tic tac en cadence avec la musique.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Ce documentaire est visible sur YouTube. A Brown Bird Singing est à 7:36.


A Brown Bird Singing

dans Mysteries & Scandals: Judy Garland [Mystères et scandales : Judy Garland]
E! Entertainment Television (USA, 1998)

documentaire de télévision

A Brown Bird Singing sert de musique de fond à trois moments de cette biographie qui s'intéresse particulièrement aux heurs et malheurs de la star hollywoodienne Judy Garland.

Dans les dix films qu'elle tourne avec Mickey Rooney, elle montre ses talents d'actrice, mais aussi qu'elle est une fantastique chanteuse. En 1938 elle a seize anselle est un choix logique pour le rôle de Dorothée dans la comédie musicale Le Magicien d'Oz ; Jerry Maren, un des Singer Midgets (une troupe de nains) dans le film, se souvient avec bonheur du premier jour de tournage avec Judy.


In 1951, elle renoue avec le tour de chant ; John Carlyle, un ami de longue date, est au bord des larmes en se souvenant comment elle chantait alors « Somewhere Over the Rainbow [Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel] ». En 1952, elle épouse le producteur Sid Luft qui la tiendra éloignée de l'alcool et de la drogue, selon Alan Livingston, ex-président de Capitol Records.



En 1955, tout Hollywood croit que Judy Garland va gagner l'Oscar de la meilleure actrice pour le rôle principal dans Une étoile est née. Le soir des Oscars, elle est à l'hôpital après avoir donner naissance à son troisième enfant, mais la gagnante sera Grace Kelly pour Une fille de la province.


L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Ce documentaire est visible sur dailymotion. A Brown Bird Singing est à 4:02, 12:03, et 13:47.


A Brown Bird Singing

dans Mysteries & Scandals: Louise Brooks [Mystères et scandales : Louise Brooks]
E! Entertainment Television (USA, 1998)
documentaire de télévision

Le documentaire s'intéresse à une jeune rebelle, l'actrice hollywoodienne Louise Brooks.

En 1928 à l'âge de 22 ans, elle décide de quitter la Paramount et d'accepter l'offre de Georg Wilhelm Pabst de venir à Berlin jouer le rôle principal dans son nouveau film Loulou. Pabst sait le premier déceler toutes les facettes du talent de Louise Brooks. Loulou « séduit le fils d'un éditeur, et l'éditeur lui-même, mais aussi une comtesse dans l'un des premiers couples de lesbiennes ouvertement montrés à l'écran. Elle finit par rencontrer ce type dans une rue de Londres, elle fait semblant d'être prostituée, et bien qu'il soit sans le sou, elle le fait monter dans sa chambre … C'est l'erreur à ne pas faire car il s'agit de Jack l'Éventreur. »

    

Après un autre film en Allemagne [le documentaire ne dit pas que ce film est Le Journal d'une fille perdue de Pabst], Louise Brooks décide en 1929 de rentrer aux États-Unis malgré les objections de Pabst.

À nouveau la rebelle en Louise Brooks s'exprime à Hollywood. Elle refuse des rôles. La Paramount choisit une autre actrice pour la doubler dans l'adaptation au parlant de son film muet The Canary Murder Case [Le Meurtre du canari]. C'est est fini d'une grande carrière à Hollywood pour Louise Brooks.

  

Dans les années 50, 60, et 70 elle écrit « des articles pour de nombreux magazines de cinéma. Elle met en évidence le processus de réalisation d'un film et de la direction d'acteur comme personne n'a su le faire jusque là Les qualités de son écriture sont tellement extraordinaires qu'elles frappent tous ceux qui la commentent. »

Elle « vit en recluse pendant de nombreuses années. Bien que, en tant qu'actrice, elle ait finalement gagné le respect et la reconnaissance qu'elle méritaitLouise ne semble y attacher aucune importanceElle souffre d'une mauvaise santé pendant plusieurs années et finalement décède en 1985 à 78 ans. »

 

Et A. J. Benza, le présentateur du documentaire, entame la conclusion : « … Quelle vie ! »

A Brown Bird Singing sert de musique de fond à ces deux moments du documentaire : Louise Brooks à la fin des années 20, et Louise Brooks à partir des années 50.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Un extrait de ce documentaire est visible sur YouTube. A Brown Bird Singing est à 7:30 et 12:30.


A Brown Bird Singing

dans True Hollywood Story: Alfred Hitchcock [Histoire vraie d'Hollywood : Alfred Hitchcock]
E! Entertainment Television (USA, 1999)

documentaire de télévision

Ce documentaire raconte la vie et la carrière de Alfred Hitchcock, réalisateur à Hollywood. Après une introduction, l'histoire est composée de sept parties, chaque partie étant suivie d'une accroche au reste du programme, et de spots publicitaires.

Une version pour orchestre de A Brown Bird Singing sert de musique de fond au début de l'accroche qui annonce la quatrième partie, avec une photo de plateau de Hitchcock dirigeant Grace Kelly dans La Main au collet et un commentaire : « Hitchcock est dans tous ses états devant une jolie princesse. »

Plus tard au cours de cette quatrième partie, la version pour orchestre de A Brown Bird Singing sert à nouveau de musique de fond. Le commentaire raconte qu'en 1953 « le réalisateur s'est entiché de la froide beauté d'une starlette nommée Grace Kelly. » Herb Steinberg, ex-patron de la publicité, ajoute qu' « il émanait d'elle une aura de frigidité. Sauf que tout homme qui la voyait se disait “Je vais la faire fondre. » Le commentaire reprend : « C'est précisément ce à quoi Hitchcock ne peut résister. Dans Le Crime était presque parfait, Hitchcock donne à l'actrice le rôle d'une épouse adultère. Il fait de Kelly une sirène éblouissante, en contrôlant le moindre détail de son apparenceHitchcock peut contrôler la garde-robe de Kelly, mais pas sa vie privée. » En dehors du plateau, l'actrice entretient une liaison avec son partenaire – mariéRay Milland.

    

« Si Hitchcock est jaloux, il n'en laisse rien paraître. Il donne à nouveau un rôle de séductrice à Kelly dans Fenêtre sur cour face à James Stewart qui joue la rôle de son petit amiFenêtre sur cour est chargé d'une tension sexuelle inassouvie. »

  

Sortis en 1954, Le Crime était presque parfait et Fenêtre sur cour sont deux grands succès. Grace Kelly atteint le statut d'étoile internationale. Hitchcock lui aussi a le vent en poupe. Pour son prochain film, La Main au collet, il choisit Grace Kelly et Cary Grant. Le film est tourné sur la Côte d'Azur et à Monaco. Sorti en 1955, c'est un autre succès.

   

« Hitchcock a trouvé sa muse, du moins le pense-t-il. En janvier 1956, Grace Kelly se fiance avec le Prince Rainier Ⅲ de Monaco. Soudain, l'actrice est perdue pour Hollywood et pour Hitchcock. » Herb Steinberg conclut : « Ce mariage l'a accablé. » C'est la fin de la quatrième partie du documentaire, avec toujours l'accompagnement de A Brown Bird Singing.

  

Non seulement chaque partie du documentaire est suivie d'une accroche au reste du programme, mais elle a aussi sa propre introduction. La cinquième partie commence par le rappel qu'à 57 ans, Alfred Hitchcock avait perdu sa muse blonde préférée, partie avec un autre homme, « mais la bonne étoile du réalisateur allait se lever d'une façon dont il n'avait jamais rêvé, » cela intensifié par le lyrisme de A Brown Bird Singing joué par l'orchestre qui enchaîne sur un éclatant glissando de harpe.

  

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Ce documentaire est visible sur OK.RU. A Brown Bird Singing est à 32:35, 37:08, 39:00, et 40:55.


A Brown Bird Singing

dans Mysteries & Scandals: Jeffrey Hunter [Mystères et scandales : Jeffrey Hunter]
E! Entertainment Television (USA, 2000)

documentaire de télévision

Cette biographie s'intéresse particulièrement aux heurs et malheurs de l'acteur hollywoodien Jeffrey Hunter.

A Brown Bird Singing sert de musique de fond à la séquence consacrée à son mariage avec l'actrice Barbara Rush. Ils étaient deux jeunes acteurs en devenir, et tous les deux ambitieux. Leur fils Chris dit que « leurs vies entières étaient photographiées la quintessence du couple hollywoodienet cela me semble maintenant complètement irréel. » Pendant que leurs carrières prenaient forme, leur mariage allait à la dérive.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Ce documentaire est visible sur OK.RU. A Brown Bird Singing est à 4:20.


A Brown Bird Singing

dans Chappelle's Show
réalisé par by Bobcat Goldthwait (USA, 2003)

série d'émissions comiques pour la télévision : saison 1, épisode 3

Dans le dernier sketch de cet épisode, It's a Wonderful Chest [C'est une poitrine merveilleuse], Sheila se lamente sur sa poitrine démesurée. Elle veut envoyer ses gros seins au diable. Dave Chappelle incarne une entité qui l'invite à imaginer combien la vie aurait été épouvantable sans eux. Sheila trouve alors le bonheur en décidant d'être fière de sa poitrine.

 

A Brown Bird Singing accompagne tendrement le soulagement de Sheila.

L'enregistrement par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).


A Brown Bird Singing

dans Le Shah d'Iran, un homme à abattre
réalisé par Reynold Ismard (France, 2004)
documentaire de télévision

Mohamed Réza Palavi, le shah d'Iran, s'est marié trois fois. Ce documentaire consacré à sa politique intérieure et à sa politique étrangère, raconte aussi les circonstances de ces mariages d'abord avec la princesse égyptienne Fawzia, puis avec Soraya Esfandiary, et enfin avec Farah Diba.

     

A Brown Bird Singing sert de musique de fond à ces trois histoires.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).


A Brown Bird Singing

dans Secrets of the Lough - Part 1 [Les Secrets de l'estuaire - 1ère partie]
réalisé par Michael Beatie (Royaume-Uni, 2004)

documentaire de télévision

Une séquence de ce documentaire évoque l'histoire de Whitehead, l'un des « secrets » de l'estuaire de Belfast (Irlande du Nord).


A Brown Bird Singing sert de musique de fond à une partie de la séquence.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).


A Brown Bird Singing

dans Coronation Street [Rue du Couronnement]
réalisé par John Anderson (Royaume-Uni, 2005)
feuilleton télévisé : épisode 6022

Sally et Kevin ont vraiment aimé leur escapade d'une journée à Blackpool avec leurs filles. Mais « quel dommage, demain il va falloir se remettre au travail. »

  

La radio est en train de diffuser A Brown Bird Singing.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

L'épisode est visible sur YouTube. A Brown Bird Singing est à 17:45.


A Brown Bird Singing

dans Wellington Bomber [Un avion bombardier Wellington]
réalisé par Peter Williams (Royaume-Uni, 2010)

documentaire de télévision

Pendant un week-end au début des années 40, à l'usine d'avions de Broughton, au Pays-de-Galles, ouvriers et ouvrières parviennent à assembler en 23 heures et 50 minutes un bombardier Wellington. Hilda est l'une des ouvrières.

Elle a rencontré Percy Dodd au bal, il s'est retrouvé engagé dans la Marine, ils se sont mariés en toute hâte, et elle ne l'a plus revu pendant trois ans et demi.

     


A Brown Bird Singing accompagne leur histoire.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).

Le documentaire est visible sur YouTube. A Brown Bird Singing est à 13:34.


A Brown Bird Singing

dans Jul med Ernst [Noël avec Ernst]
produit par Johan Norsebäck (Suède, 2011)

série télévisée: saison 4, épisode 1

Ernst Kirchsteiger a enregistré ses émissions annuelles d'avant-Noël à Saxå, dans une grange qu'il avait convertie en maison pendant l'été.

Après une pause publicitaire, l'émission reprend avec A Brown Bird Singing qui accompagne des plans de l'extérieur et de l'intérieur de la maison, avec Ernst qui se prépare à faire des conserves de pommes tout en s'adressant aux futurs téléspectateurs.

L'enregistrement de A Brown Bird Singing, par Eric Jupp et les Melodi Strings, vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, 1959?).


The Harvesters' Dance [La Danse des moissonneurs] (1921)
extrait de la suite Harvest Time [La Moisson]

dans Ian Hislop's Stiff Upper Lip, An Emotional History of Britain - Part 3: Last Hurrah?
[Le Flegme britannique, une histoire des
émotions en Grande-Bretagne, par Ian Hislop
- 3
ème partie : Le Baroud d'honneur ?]
réalisé par Tom McCarthy (Royaume-Uni, 2012)

documentaire de télévision

Comment les Britanniques ont exprimé leurs sentiments au cours du 20ème siècle.

Ian Hislop se rend à Canterbury, aux Archives britanniques du dessin humoristique. On entend un extrait de The Harvesters' Dance pendant le voyage et jusqu'à ce qu'il se retrouve devant un dessin qu'il commente : Adaptability to Foreign Conditions [Adaptabilité à des conditions étrangères], de Pont (Graham Laidler).

  

L'enregistrement de The Harvesters' Dance vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; William Hodgson dirige le Regent Concert Orchestra (Royaume-Uni, 1939?).

Ce documentaire est visible sur YouTube. The Harvesters' Dance est à 12:50.


The Horse Guards, Whitehall: March [La Garde à cheval, Whitehall, marche] (1946)
extrait de la suite London Landmarks [Sites remarquables à Londres]

dans Agatha Christie - Poirot : Un million de dollars de bons volatilisés
(Agatha Christie's Poirot: The Million Dollar Bond Robbery)
réalisé par Andrew Grieve (
Royaume-Uni, 1990)
série télévisée : saison 3, épisode 3

Un cadre d'une banque londonienne est chargé de convoyer un million de dollars en obligations jusqu'à la succursale de la banque à New York. Poirot est engagé au cas où quelque chose de facheux arriverait aux obligations. Cela lui donne l'opportunité, avec son ami Hastings, d'être du voyage inaugural du Queen Mary.

  

Une nouvelle enquête pour Poirot. Et il y a plus de deux mille bagages dans lesquels les obligations pourraient être dissimulées.

L'embarquement et le départ sont racontés au moyen d'une bande d'actualité cinématographique reconstituée qui reprend des plans originaux extraits des actualités présentées à l'époque par les British Movietone News. The Horse Guards, Whitehall sert de musique de fond à cette bande d'actualité reconstituée.

Le voyage inaugural du Queen Mary a eu lieu en 1936 alors que The Horse Guards, Whitehall est de 1946.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, orchestre et date inconnus).

L'épisode est visible sur dailymotion. The Horse Guards, Whitehall est à 19:29.


The Horse Guard, Whitehall: March

dans The Extraordinary [L'Extraordinaire]
ShowBoat (Australie, 1993)
série télévisée : émission 18

La dernière partie de cette émission de télévision hebdomadaire revient sur le Derby d'Australie à Randwick (Sydney) en 1946. Avec quinze longueurs de retard dès le départ à cause d'une erreur du starter, Shannon, monté par Darby Munro, fit un retour sensationnel pour finir à la deuxième place à une demi-tête du vainqueur.


Entièrement constituée de bandes d'archive, cette partie de l'émission est au début accompagnée par The Horse Guards, Whitehall.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Royaume-Uni, orchestre et date inconnus).

Cette émission est visible sur YouTube. The Horse Guards, Whitehall est à 36:50.


The Horse Guards, Whitehall: March

dans Fifties British War Films: Days of Glory
[Jours de gloire, les films de guerre britanniques des ann
ées 50]
réalisé par Hans Petch (Royaume-Uni, 2012)
documentaire de télévision

Dans les années 50, la Grande-Bretagne revint sur son récent effort de guerre dans des films tels que Les Briseurs de barrages, La Mer cruelle, et Les Indomptables de Colditz. Ces productions y furent en leur temps critiquées à trop représenter le système de classes et à trop se tourner vers le passé.

Le journaliste et historien Simon Heffer considère que ces films ont une réelle valeur cinématographique et une vraie valeur culturelle, qu'ils nous disent quelque chose non seulement de la Grande-Bretagne des années 50 qui les a produit, mais aussi de ce que c'est qu'être britannique aujourd'hui.

Après une introduction, le documentaire commence par de très courts extraits de films montés rapidement au son de The Horse Guard, Whitehall.


D'autres très courts extraits de films auxquels s'ajoutent des affiches, concluent le documentaire, toujours au son de The Horse Guard, Whitehall qui contribue au ton positif du propos de Heffer. Et ses deniers mots sont suivis par les derniers accords de la musique.


L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell (Londres, orchestre et date inconnus).

Sketch of a Dandy de Haydn Wood accompagne un autre moment du documentaire.

Ce documentaire est visible sur dailymotion. The Horse Guards, Whitehall est à 0:59 et 57:03.


The Horse Guards, Whitehall: March

dans Iain McGlinchey Plays the Paramount 450 [Iain McGlinchey joue sur le Paramount 450]
Paramount Organ Works (Royaume-Uni, 2017)

interprétation filmée

Iain McGlinchey joue The Horse Guards, Whitehall à l'orgue virtuel de théâtre Paramount 450.

 

Iain McGlinchey a téléchargé cette vidéo sur YouTube.


I Look Into Your Garden [J'observe votre jardin] (1924)

dans Charles Hackett, Leading Tenor of the Chicago Civic Opera Co.
[Charles Hackett, premier ténor de l'Opéra civique de Chicago]
Vitaphone Corporation (USA, 1929)

Le ténor américain Charles Hackett chante cette romance de Haydn Wood pour Vitaphone, le nouveau procédé d'enregistrement de l'image avec le son de la compagnie Warner, qui allait définitivement clore l'ère du cinéma muet. Ces courtes bandes Vitaphone étaient diffusées dans les salles comme complément de programme.

Après avoir chanté I Look Into Your Garden, Charles Hackett continue avec une autre romance, I Heard You Singing [Je vous ai entendu chanter], composée par Éric Coates. Le nom du pianiste n'est pas connu.


Interlude (1921)
extrait de la suite Harvest Time [La Moisson]

dans Natural World: On the Trail of Tarka [La Nature : Sur la piste de Tarka]
produit par Philippa Forrester et Charlie Hamilton James (Royaume-Uni, 2006)

documentaire de télévision

Un cinéaste est à la recherche de loutres dans la rivière Torridge, dans le Devon :
– C'est le Pays de Tarka, dans le Devon du Nord, immortalisé par l'auteur Henry Williamson dans son histoire très appréciée d'une loutre, qui y vécut et périt.

« Il s'appelait Tarka ; c'est le nom donné il y a très longtemps aux loutres, par des hommes qui vivaient dans des hut circles [habitat préhistorique] sur la lande. Il signifie petit vagabond des eaux, ou “qui vagabonde comme l'eau.” »

 

Interlude, avec ses longues notes tenues que suivent deux notes très rapides, accompagne l'ouverture du documentaire.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; William Hodgson dirige le Regent Concert Orchestra (Royaume-Uni, 1939?).

Ce documentaire est visible sur dailymotion. Interlude est à 0:18.


Le Kiosque de Hyde Park (The Bandstand, Hyde Park) (1936)
extrait de la suite Fresques (Frescoes)

dans British Style Genius: By Royal Appointment, The Country Look
[Génie du style britannique : Par mandat royal, le look campagnard]
réalisé par Lucie Donahue (Royaume-Uni, 2008)

documentaire de télévision : épisode 4

Ce documentaire s'intéresse au style country dans la mode britannique.

« La passion d'Édouard Ⅶ pour les vêtements flamboyants ne l'avait jamais quitté. En 1897, il passait commande à la maison de confection Aquascutum de cette cape pour aller à cheval, dont il avait lui-même conçu la coupe, et faite dans un tissu dont il avait dessiné le motif, le prince-de-galles bien connu. »

Le début du Kiosque de Hyde Park accompagne l'histoire de l'intérêt du Prince de Galles pour des vêtements élégants à porter à la campagne.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Serge Krish dirige le New Concert Orchestra (Londres, 1946?).

Ce documentaire est visible sur YouTube. The Bandstand, Hyde Park est à 18:10.


dans Fabric of Britain - Part 1: Knitting's Golden Age
[Le Tissu britannique - 1ère partie : L'Âge d'or du tricot]
réalisé par Georgina Leslie (Royaume-Uni, 2013)

documentaire de télévision

Ce documentaire décrit comment le tricot en Grande-Bretagne est passé d'une activité traditionnelle sans prétention, à une façon d'être à la mode au cours du 20ème siècle. Le Kiosque de Hyde Park accompagne une scène qui se présente d'abord comme un film muet en noir et blanc.

« Une baignade à la mer »
avec Fleur McGerr

Susan Crawford, auteure d'un livre sur le tricot ancien, vient (en couleur) de présenter cette scène. Elle a tricoté un costume de bain en laine à partir d'un patron datant de 1932. Une amie mannequin, Fleur McGerr, va expérimenter dans quelle mesure le costume de laine va se déformer au contact de l'eau.

Fleur fait son apparition en grand style, vêtue du costume de bain noir, avec une mouette blanche sur le devant, conformément au patron original.

L'arrangement musical qui accompagne la scène réunit trois extraits du Kiosque de Hyde Park (le début, rapide ; une section intermédiaire d'allure martiale ; et le grand final), qui content l'aventure de l'actrice qui plonge dans la mer – « Mon dieu, c'est froid ! » – jusqu'à la conclusion des deux amies :

FleurC'est un petit peu lourd à porter … pas beaucoup de maintien de ce côté-là (elle désigne sa poitrine) mais je crois que j'aurais survécu aux années 30 … cela ne m'aurait certainement pas empêchée d'aller me baigner.
Susan
C'est probablement le costume de bain le plus glamour que quelqu'un puisse porter, et je crois qu'il faudrait le remettre à la mode.

     

Trempée dans son costume, Fleur remonte la plage au soleil couchant. Avec l'accord final du Kiosque de Hyde Park, on passe à un plan rapproché sur un oiseau de mer qui, lui aussi, remonte la plage sous le soleil couchant.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Serge Krish dirige le New Concert Orchestra (Londres, 1946?).


Le Kiosque de Hyde Park

dans The Real Tom Thumb, History's Smallest Superstar
[Le Vrai Tom-Pouce, la plus petite superstar de l'histoire]
réalisé par Ian Denyer (Royaume-Uni, 2014)

documentaire de télévision

Le nom de scène General Tom Thumb [le Général Tom-Pouce] – Le Célèbre nain américain fut donné à Charles Stratton par P. T. Barnum. « Le nom Tom-Pouce venait d'un vieux conte de fée anglais dans lequel le petit Tom menait de grandes batailles en selle sur une souris. Le choix de ce nom par Barnum fut une brillante idée commerciale. La presse mordit à l'hameçon. »

   

Le vif début du Kiosque de Hyde Park accompagne le récit de l'entrée de Tom-Pouce dans le monde du spectacle.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Serge Krish dirige le New Concert Orchestra (Londres, 1946?).

Ce documentaire est visible sur YouTube. The Bandstand, Hyde Park est à 14:59.


Le Kiosque de Hyde Park

dans À bon entendeur : Fondues traditionnelles et exotiques
Radio télévision suisse (Suisse, 2019)

reportage télévisé

La recette de la fondue, plat national helvétique, a toujours été l'objet de nombreuses variantes. Dans un bref récit de son histoire depuis l'Antiquité, le reportage évoque un coup de génie marketing de l'Union suisse du commerce du fromage qui, en pleine crise des années 30, a fait exploser la notoriété de la recette. Même l'armée, à sa manière, a participé à l'effort de promotion de la fondue.

Le tout début du Kiosque de Hyde Park sert de musique de fond à cet effort militaire.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Serge Krish dirige le New Concert Orchestra (Londres, 1946?).

Ce reportage est visible sur une page Internet de la RTS. The Bandstand, Hyde Park est à 7:18.


Longing, Morceau de Concert [Envie, morceau de concert] (1916)

dans Sous les toits de Paris
réalisé par René Clair (France, 1930)

Dans sa chambre sous les toits, Albert accueille Pola pour la nuit – elle dort dans son lit et lui sur le sol. Tôt le matin, des coups insistants à la porte et une voix les réveillent. Croyant que c'est la police, Albert cache Pola sous les couvertures avant d'ouvrir.

En fait, c'est Bill qui explique qu'il part en voyage ; il vient demander à Albert de lui garder un grand sac. Quand Bill s'assoit sur le lit, Pola pousse un cri.

Bill parti, Albert essaie mais en vain d'embrasser Pola.

Quelques heures plus tard, Pola s'en va. Leur au revoir les laisse dans l'incertitude.

Un extrait de Longing pour orchestre, accompagne cette séquence.

Sous les toits de Paris est visible sur OK.RU. Longing est à 42:14.


Mannin Veen, "Dear Isle of Man", A Manx Tone Poem (1933)
[Mannin Veen, "Chère île de Man", un poème symphonique manxois]

dans Symphonic Band - June 2020: Mannin Veen, Haydn Wood
[Orchestre d'harmonie - juin 2020 : Mannin Veen, Haydn Wood]
Arts Mackenzie (Canada, 2020)

interprétation en virtuel

Pendant le confinement dû au COVID-19 en Ontario, l'Orchestre d'harmonie du Lycée Alexandre Mackenzie a donné une interprétation « virtuelle, avec distanciation sociale, » de Mannin Veen.

Ils ont joué une version écourtée de Mannin Veen. Le directeur des études musicales, Eric Hudspith, a dirigé l'orchestre.

Cette interprétation est visible sur YouTube.


A May-day, Overture [Fête du printemps, ouverture] (1919)

dans Men, Women, and Clothes - Part 6: Facing the Elements
[Hommes, femmes, et vêtements - 6ème partie : S'adapter à la météo]
conçu et écrit par Doris Langley Moore (Royaume-Uni, 1957)

documentaire de télévision

Ce documentaire est consacré aux exigences de l'élégance au cours de 250 ans d'histoire de la mode britannique.

L'époque victorienne pouvait tenir compte de la saison d'été. Les hommes s'autorisaient à pique-niquer en manches de chemise ; mais les femmes s'habillaient toujours avec plusieurs épaisseurs de sous-vêtements, et gardaient la taille serrée et la crinoline.

 

Bien que certaines chaussures portaient le nom de sandales grecques, elles n'avaient rien à voir avec les chaussures légères et décontractées du milieu du 20ème siècle.

  

Une partie de l'introduction de A May-day, Overture sert de musique de fond à cette séquence.

L'enregistrement vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Boosey & Hawkes ; Cédric Dumont dirige le New Concert Orchestra (Royaume-Uni, 1946?).

Ce documentaire est visible sur YouTube. A May-day, Overture est à 9:13.


Merridale, Quick March [Merridale, marche rapide] (1948)

dans Merridale by Haydn Wood [Merridale de Haydn Wood]
Heritage Quay (Royaume-Uni, 2017)

concert filmé

Pendant le 'Yorkshire Music Weekend' à Heritage Quay (Huddersfield, Royaume-Uni) le 29 juillet 2017, l'ensemble Woodsome Beck a donné la première de l'arrangement par June Asquith de Merridale, Quick March.

Cet extrait du concert est visible sur YouTube.


Queen Mary's Garden, Regent's Park, An Impression
[Le jardin de la reine Mary, Regent's Park, une impression] (1948)
extrait de la suite Snapshots of London [Instantanés de Londres]

dans Banks and Streams [Berges et courants]
British Broadcasting Corporation (Royaume-Uni, 1953)

interlude

Banks and Streams est un plan fixe de la rivière Ouse, à Olney (Buckinghamshire), accompagné d'abord par Cloudland de Bruce Campbell, puis par Queen Mary's Garden, Regent's Park de Haydn Wood, et enfin, à nouveau par Cloudland.

L'enregistrement de Queen Mary's Garden, Regent's Park vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell ; Sidney Torch dirige le Queen's Hall Light Orchestra (Londres, années 40?).

Cet interlude est visible sur BBC ARCHIVE. Queen Mary's Garden, Regent's Park est à 2:51.


Roses of Picardy (1916)

dans Roses of Picardy
Triangle Film Corporation (USA, 1918)

dans Roses of Picardy
réalisé par Maurice Elvey (Royaume-Uni, 1927)

dans Camera Interviews: Mr F. E. Weatherly, KC, the Famous Song Writer
[Interviews par la caméra : M. F. E. Weatherly, avocat, le célèbre parolier]

Pathé Pictorial (Royaume-Uni, 1928)

dans Strong and Willing [Forte et déterminée]
Vitaphone Corporation (USA, 1930)

dans Rudy Starita and His New ‘Octarimba’ in Melodies of Long Ago
[Rudy Starita et son nouvel octa-rimba joue des mélodies d'autrefois]

Pathé Pictorial (Royaume-Uni, 1936)

dans A Friend Indeed [Une amie, vraiment]
American Red Cross (USA, 1941)

dans Et la vie recommence (Forever and a Day)
réalisé par Edmund Goulding, et d'autres réalisateurs (USA, 1942)

dans Variety Jubilee [Célébration du music-hall]
réalisé par Maclean Rogers (Royaume-Uni, 1943)

dans Heureux mortels (This Happy Breed)
réalisé par David Lean (Royaume-Uni, 1944)

dans I Live in Grosvenor Square [Je vis square Grosvenor]
réalisé par Herbert Wilcox (Royaume-Uni, 1945)

dans Le Diable au corps
réalisé par Claude Autant-Lara (France, 1946)

dans Mésalliance (The Courtneys of Curzon Street ou Kathy's Love Affair)
réalisé par Herbert Wilcox (Royaume-Uni, 1947)

dans The Good Old Days [Au bon vieux temps]
produit par Barney Colehan (Royaume-Uni, 1959)

dans Brian Henderson's Bandstand [Le Kiosque de Brian Henderson]
réalisé par Warwick Freeman (Australie, 1961)

dans Coronation Street [Rue du Couronnement]
réalisé par Christopher McMaster (Royaume-Uni, 1962)

dans The Great War: Hell Cannot Be So Terrible [La Grande Guerre : L'Enfer ne peut pas être si terrible]
British Broadcasting Corporation (Royaume-Uni, 1964)

dans World War Ⅰ: Tipperary and All That Jazz [Première Guerre mondiale : Tipperary et tout le bataclan]
Columbia Broadcasting System (USA, 1964)

dans It's the Great Pumpkin, Charlie Brown [C'est la Grande Citrouille, Charlie Brown]
réalisé par Bill Melendez (USA, 1966)

dans Picardie Actualités : Il y a cinquante ans … Doullens 26 mars 1918, le commandement unique
Office de radiodiffusion télévision française (France, 1968)

dans Ah Dieu, que la guerre est jolie ! (Oh! What a Lovely War)
réalisé par Richard Attenborough (Royaume-Uni, 1968)

dans Gonflés à bloc (Those Daring Young Men in Their Jaunty Jalopies ou Monte Carlo or Bust!)
réalisé par Ken Annakin (Italie, France, Royaume-Uni, 1968)

dans Solveigin laulu [La Chanson de Solveig]
réalisé par Reima Kekäläinen (Finlande, 1973)

dans Maîtres et valets : [La Paix et la peine] (Upstairs Downstairs: Peace out of Pain)
réalisé par Christopher Hodson (Royaume-Uni, 1974)

dans When the Boat Comes In: A Land Fit for Heroes and Idiots
[Que vienne la fortune : Un pays pour les héros et les idiots]
réalisé par Ronald Wilson (Royaume-Uni, 1975)

dans Le Tigre du ciel (Aces High)
réalisé par Jack Gold (Royaume-Uni, 1975)

dans All You Need Is Love, The Story of Popular Music: Jungle Music, Jazz
[
Tout ce dont tu as besoin c'est d'amour, l'histoire de la musique populaire : Style jungle, le jazz]
réalisé par Tony Palmer (Royaume-Uni, 1976)

dans The Good Old Days [Au bon vieux temps]
conçu et produit par Barney Colehan (Royaume-Uni, 1976)

dans Vera Lynn Sings [Vera Lynn chante]
réalisé par Keith Beckett (Royaume-Uni, 1977)

dans A Christmas to Remember [Un Noël mémorable]
réalisé par George Englund (USA, 1978)

dans The Dick Cavett Show: Oscar Peterson
réalisé par Richard Romagnola (USA, 1979)

dans MASH : Les Petits Monstres (MASH: Old Soldiers)
réalisé par Charles S. Dubin (USA, 1979)

dans The Good Old Days [Au bon vieux temps]
produit par Barney Colehan (Royaume-Uni, 1980)

dans Montand 81
réalisé par Guy Seligmann (France, 1981)

dans Eureka
réalisé par Nicolas Roeg (Royaume-Uni, 1982)

dans L'Été meurtrier
réalisé par Jean Becker (France, 1982)

dans Montand international
réalisé par Guy Job (France, 1983)

dans The Indomitable Teddy Roosevelt [L'Invincible Teddy Roosevelt]
réalisé par Harrison Engle (USA, 1983)

dans La Route des Indes (A Passage to India)
réalisé par David Lean (Royaume-Uni, 1984)

dans Le Téléphone, un pont entre nous
Ministère des P.T.T. (France, 1984)

dans On ne meurt que deux fois
réalisé par Jacques Deray (France, 1985)

dans Un mois à la campagne (A Month in the Country)
réalisé par Pat O'Connor (UK, 1986)

dans Les Baleines du mois d'août (The Whales of August)
réalisé par Lindsay Anderson (USA, 1986)

dans Cause célèbre
réalisé par John Gorrie (Royaume-Uni, 1987)

dans Jeunes loups des années folles (Chasing Rainbows)
réalisé par William Fruet (Canada, 1987)

dans Montand de tous les temps
réalisé par Marie-Sophie Dubus et Frédéric Rossif (France, 1987)

dans Une autre femme (Another Woman)
réalisé par Woody Allen (USA, 1988)

dans Yves Montand`i laulud [Chansons d'Yves Montand]
Eesti Televisioon (Estonie, 1990)

dans The House of Eliott [La Maison Eliott]
réalisé par Graeme Harper (Royaume-Uni, 1992)

dans Performance: Message for Posterity [Représentation : Message pour la postérité]
réalisé par David Jones (Royaume-Uni, 1994)

dans Johnny and the Dead [Johnny et les morts]
réalisé par Gerald Fox (Royaume-Uni, 1994)

dans I buci neri [Les Trous noirs]
réalisé par Pappi Corsicato (Italie, 1995)

dans Roses of Picardy
réalisé par Steven Mochrie (Royaume-Uni, 1998)

dans Great Battles of the Great War: Here Comes Kitchener's Army
[Grandes batailles de la Grande Guerre : L'Armée de Kitchener arrive]

réalisé par Ed Skelding (Royaume-Uni, 1999)

dans Léargas: Ná Lig Sinn i nDearmad ... [Léargas : De peur d'être oubliés ...]
réalisé par Pat Butler (Irlande, 2003)

dans Les Dames de Cornouailles ou Parfum de lavande (Ladies in Lavender)
réalisé par Charles Dance (Royaume-Uni, 2003)

dans A Little Light Music: Friday Night Is Music Night
[
Une petite musique légère : Vendredi soir, c'est la soirée de la musique]
réalisé par Ian Russell (Royaume-Uni, 2005)

dans La Nuit des talents
Conseil général de la Somme (France, 2006)

dans Lilies: The Sea [Fleurs de lys : La Mer]
réalisé par Roger Goldby (Royaume-Uni, 2006)

dans Downton Abbey
réalisé par James Strong (Royaume-Uni, 2011)

dans Cheval de guerre (War Horse)
réalisé par Steven Spielberg (USA, 2011)

dans Les Chemins de feu (Birdsong)
réalisé par Philip Martin (Royaume-Uni, 2011)

dans Les Fils du vent
réalisé par Bruno Le Jean (France)

dans Avant l'hiver
réalisé par Philippe Claudel (France, Luxembourg, 2012)

dans An Accidental Soldier [Un soldat malgré lui]
réalisé par Rachel Ward (Australie, 2013)

dans Danish Girl
réalisé par Tom Hooper (Royaume-Uni, 2015)

dans Art Abscon, Secret Show in Athens, Travelling with Ukulele: Roses of Picardy
[Art Abscon, concert secret à Athènes, en voyage avec un ukulélé : Roses de Picardie
]
Art Abscon (Grèce, 2015)

dans The People Remember: Courage and Sacrifice [Les Gens se souviennent : Courage et sacrifice]
réalisé par Tim Fransham (Royaume-Uni, 2015)

dans Louise en hiver
réalisé par Jean-François Laguionie (France, 2015)

dans Cézanne et moi
réalisé par Danièle Thompson (France, 2015)

dans Wonder Wheel
réalisé par Woody Allen (USA, 2017)

dans Songs of the Great War [Chansons de la Grande Guerre]
National Trust de Guernesey (Royaume-Uni, 2017)

dans Gerald Finley & Julius Drake
Library of Congress Music Division (USA, 2018)

dans Pilgrimage: The Road to Rome [Pélerinage : Le Chemin de Rome]
réalisé par Mark O'Brien, Deborah Lovett, et Lizzie Toms (Royaume-Uni, 2018)

dans BBC Proms: Last Night of the Proms [BBC Proms : Dernière soirée des Proms]
réalisé par Helen Mansfield (Royaume-Uni, 2018)

dans Rick Stein's Secret France
Denham Productions (Royaume-Uni, 2018)

dans Générations France Musique, le live
Radio France (France, 2018)

dans The Royal British Legion Festival of Remembrance
[Le Festival du souvenir des anciens combattants britanniques]
réalisé par Bridget Caldwell (Royaume-Uni, 2018)

dans Living Room Requests: From Deep Purple to Black Velvet Band and Polish Tango
[Chansons à la demande : de Deep Purple à Black Velvet Band et tango polonais]
Patricia Hammond et Matt Redman (Royaume-Uni, 2020)

dans Roses of Picardy as Sung by Adam LeFebvre
[Roses de Picardie dans l'interprétation de Adam LeFebvre]
Adam LeFebvre (USA, 2020)

dans An Aria a Day: Clarissa Foulcher performs Roses of Picardy by Haydn Wood
[Un air par jour : Clarissa Foulcher chante Roses de Picardie de Haydn Wood]
Opera Queensland (Australie, 2020)

dans Falling Stars [Étoiles filantes]
réalisé par Michael Strassen (Royaume-Uni, 2020)

dans Roses of Picardy composed by Hadyn [sic] Wood 1916
[Roses de Picardie composé par Hadyn (sic) Wood 1916]
Flo Bonner (Royaume-Uni, 2020)


Sadler's Wells (At the Ballet) [Sadler's Wells (Au spectacle de ballet)] (1948)
extrait de la suite Snapshots of London [Instantanés de Londres]

dans Potter's Wheel [Un tour de potier]
British Broadcasting Corporation (Royaume-Uni, 1953)

interlude

Potter's Wheel est un plan unique qui montre les mains d'un potier (Georges Aubertin) qui fait prendre différentes formes au même morceau de glaise. Le plan est accompagné par The Young Ballerina de Charles Williams, puis par Sadler's Wells de Haydn Wood.

L'enregistrement de Sadler's Wells vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell ; Sidney Torch dirige le Queen's Hall Light Orchestra (Londres, années 40?).

Cet interlude est visible sur BBC ARCHIVE. Sadler's Wells est à 2:30.


Sketch of a Dandy [Esquisse d'un dandy] (1952)

dans Fifties British War Films: Days of Glory
[Jours de gloire, les films de guerre britanniques des années 50]
réalisé par Hans Petch (Royaume-Uni, 2012)
documentaire de télévision

Dans les années 50, la Grande-Bretagne revint sur son récent effort de guerre dans des films tels que Les Briseurs de barrages, La Mer cruelle, et Les Indomptables de Colditz. Ces productions y furent en leur temps critiquées à trop représenter le système de classes et à trop se tourner vers le passé.

Le journaliste et historien Simon Heffer considère que ces films ont une réelle valeur cinématographique et une vraie valeur culturelle, qu'ils nous disent quelque chose non seulement de la Grande-Bretagne des années 50 qui les a produit, mais aussi de ce que c'est qu'être britannique aujourd'hui.

Heffer présente quelques courts plans du tournage de Tortillard pour Titfield, une comédie fantasque produite par les studios Ealing la même année que La Mer cruelle.

La fin – avec quelques coupes – de Sketch of a Dandy sert de musique de fond à cette courte séquence.

L'enregistrement est celui de l'Orchestre symphonique de la radio tchécoslovaque, dirigé par Adrian Leaper (Bratislava, Slovaquie, mars 1991).

The Horse Guards, Whitehall: March de Haydn Wood accompagne d'autres moments de ce documentaire.

Ce documentaire est visible sur dailymotion. Sketch of a Dandy est à 8:10.


Slave Dance [Danse des esclaves] (1929)
extrait de Egypta, An Egyptian Suite [Egypta, une suite égyptienne]

dans À l'est de Shanghai (Rich and Strange ou East of Shangai)
réalisé par Alfred Hitchcock (Royaume-Uni, 1931)

Un jeune couple anglais, Fred et Emily Hill, profite de la générosité de leur oncle pour échapper à leur vie bien rangée et entreprendre un long voyage jusqu'en Extrême-Orient. Paris est leur première étape, où ils ne manquent pas d'aller aux Folies Bergère. Dans la robe légère et décolletée qu'elle porte pour la première fois, Emily se sent presqu'aussi nue que le sont les danseuses sur la scène.

Cependant, un prude Hitchcock ne nous offre qu'une reconstitution chaste et abrégée d'une revue des Folies Bergère. L'un des numéros est un ballet de guerrières exotiques armées de lances et de boucliers, sur quelques mesures de Slave Dance.

Rich and Strange est visible sur INTERNET ARCHIVE. Slave Dance est à 11:27.


Vienne, 1913 (Vienna, 1913) (1936)
extrait de la suite Fresques (Frescoes)

dans Oh, Boy! [Quel phénomène !]
réalisé par Albert de Courville (Royaume-Uni, 1937)

June Messanger est mannequin dans un grand magasin à Londres dont le directeur est l'un de ses amoureux.

Le second amoureux assiste au défilé de mode dont elle est la vedette.

  

Vienne, 1913 est une valse dont un extrait accompagne le défilé de mode et la rencontre peu amiable des deux rivaux.


Virginia, A Southern Rhapsody [Virginie, une rhapsodie du Sud] (1927)

dans Mästarnas Match [Combat de championnat]
réalisé par Per Gunvall (Suède, 1959)

documentaire

Ce combat pour le titre de champion du monde de boxe poids lourds entre le suédois Ingemar Johansson et l'américain Floyd Patterson, a eu lieu à New York le 25 juin 1959.

Dans les jours qui ont précédé, il a filmé chacun des adversaires et leur entourage. Un extrait de Virginia accompagne la séquence consacrée à Patterson. Cet extrait, tantôt bucolique, tantôt « athlétique » – Patterson s'entraîne à la campagne – est répété répété un peu plus de deux fois.

L'enregistrement de Virginia vient du catalogue de musique pré-enregistrée de l'éditeur Chappell ; Charles Williams dirige le Queen's Hall Light Orchestra (Londres, 1942).


When the Daisy Opes Her Eyes, Valse [Quand la pâquerette ouvre les yeux, valse] (1911)

dans Metro-land [Le Pays du métro]
écrit par John Betjeman et produit par Edward Mirzoeff
(Royaume-Uni, 1972)

documentaire de télévision

La méditation de John Betjeman sur la banlieue de Londres desservie par la ligne de métro Metropolitan, le conduit au restaurant Chiltern Court qui a été construit au-dessus de la station Baker Street vers 1913. Les clients, avant de rentrer chez eux, pouvaient entendre l'orchestre jouer pour le thé dansant. Betjeman semble l'entendre jouer When the Daisy Opes Her Eyes.

La musique continue sur un plan du quai de la station Baker Street filmé en 1910, suivi d'un plan de la station Marlborough Road désaffectée.

  

When the Daisy Opes Her Eyes est joué par Albert Sandler et son orchestre (Londres, 1er février 1940).

Le documentaire est visible sur dailymotion. When the Daisy Opes Her Eyes est à 4:11.


Who Cares? [On s'en fout] (1929)
extrait de Dear Love [Cher amour]

dans These Foolish Things [Ces choses folles]
réalisé par Julia Taylor-Stanley (Royaume-Uni, 2005)

Londres en 1938: Diana est une jeune actrice qui essaie de suivre les pas de sa célèbre mère. Elle fait la connaissance de Robin, un auteur de pièces pas encore reconnu.

Who Cares? accompagne une suite de courtes scènes :

Douglas, un acteur non dépourvu de succès, est chez son taileur pour essayer le costume qu'il se fait faire sur mesure ; il est accompagné par un ami journaliste.

Robin présente Diana à sa logeuse, un ancienne girl qui est ravie d'avoir une nouvelle locataire. Diana sourit à la logeuse et à Robin.

Robin à sa machine à écrire.

Diana et Dolly font une joyeuse promenade dans un jardin public – elles se sont rencontrées dans un cours de théâtre.

Installé sur son lit, Robin fait le compte du peu d'argent qui lui reste.

Diana fait les petites annonces pour se trouver un travail alimentaire.

Diana et Dolly font la queue chez un imprésario.

Who Cares? est joué par Jack Hylton et son orchestre, avec Sam Browne qui chante le refrain (Londres, 8 novembre 1929).

These Foolish Things est visible sur OK.RU. Who Cares? est à 8:54.


(à suivre)


Roses de Picardie au cinéma, à la télévision, et en vidéo

 


Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Roses de Picardie au cinéma
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

Cette page a été mise à jour le 15 juillet 2021.

Les textes et les illustrations ne doivent pas être reprises sur un autre site Internet, ni reproduites ou publiées par quelque procédé que ce soit, sans autorisation préalable.

© Gilles Gouset, 2013-2021
Tous droits réservés