Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Les enregistrements de Roses de Picardie
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie au cinéma
      Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

 

 

 

Roses de Picardie

Chroniques d'une recherche

 

On trouve dans cette page des informations de toutes sortes qui ne figurent pas dans mon livre. Elle en est la mise à jour permanente.
C'est aussi une page d'appel à information.

Les nouveautés de cette page :
15 mai : une poupée
3 septembre : timbre-poste

 


Roses de Picardie : 100 ans de succès

Une conférence Gilles Gouset




On a volé la rose,
La rose de Picardie,
La fleur de Brocéliande,
La rose de légende.
On a volé la rose,
Notre meilleure amie.

Pierre Delanoé : On a volé la rose,
chanté par Gérard Lenorman (1982).


 

Manuscrit de la main de Haydn Wood.
Premières esquisses du refrain et des couplets de Roses of Picardy (1916).
Ce document unique est conservé par le Musée de l'Académie royale de musique à Londres.


 

 

Partitions publiées aux États-Unis (1918).
À gauche : la chanson,
à droite : un arrangement pour orchestre,
un «... immense succès maintenant chanté dans tous les pays civilisés.»


 

Roses of Picardy en tête des ventes chez l'éditeur Chappell, aux États-Unis.
Publicité dans l'hebdomadaire corporatif The Music Trade Review, du 29 juin au 17 août 1918.


 

Cette couverture est sans doute la plus séduisante que l'éditeur Chappell ait jamais créée pour des partitions de la chanson Roses of Picardy. Contrairement à ce que j'ai avancé dans mon livre (page 4), elle a été mise sur le marché à l'automne 1923. Imprimée aux U.S.A., elle semble avoir été réservée à l'Amérique du Nord (jusqu'à preuve du contraire, on ne l'a jamais trouvée au Royaume-Uni). Chappell la réimprimait encore dans les années 40. Et dans les années 70, la même gravure était utilisée dans un monochrome uniformément rose, et aussi en noir et blanc dans un album Chappell. Cette gravure n'a jamais été signée.

 

À droite : vitrine d'un magasin de musique
à Philadelphie, U.S.A., en 1924.

 


 

La chanson Roses de Picardie dans l'adaptation française de Pierre d'Amor a été publiée en France pour la première fois au cours de l'année 1918, avant l'Armistice. C'est une partition bilingue sans doute destinée aux troupes alliées en même temps qu'au public français. Elle est en la mineur et porte le numéro de catalogue C. 2, "C" êtant l'initiale de l'éditeur Chappell qui semble profiter du succès de Roses de Picardie pour s'implanter en France. D'ailleurs le numéro de catalogue C. 1 est celui d'un arrangement pour orchestre de Roses de Picardie, signé Stéphane Chapelier.

 


 

L'éditeur allemand Bosworth à Leipzig, a obtenu de Chappell le droit de publier Rosen aus der Picardie en Allemagne, Autriche, Hongrie et Suisse allemande, le 20 décembre 1919. Cette partition de la chanson a très probablement été publiée en 1920. Elle est bilingue avec une traduction de Elfriede Jordan. On voit que Bosworth n'a pas attendu pour publier les arrangements pour piano, pour orchestre de salon, ainsi que la version valse. Le succès de Roses de Picardie avait surmonté les antagonismes internationaux.

 


 

 

Roses of Picardy Fox Trot.
Promotion de l'orchestration de Chas. N. Grant, publiée aux États-Unis par Chappell-Harms en 1923.
«Le plus merveilleux des fox-trots... fait absolument sensation dans le monde de la danse... adopté par des musiciens éminents d'Amérique.»


 

Haydn Wood et Dorothy Court sont à Anvers, en Belgique, en 1923
(Journal d'Anvers, 21 septembre 1923).


 

André Jouannet a 17 ans quand il copie en 1929 les paroles de Roses de Picardie, à l'écoute de Fred Gouin sur disque Odéon.


 

Roses of Picardy est dans la liste des airs les plus demandés au Crématorium de Putney Vale, à Londres.
(selon un fax du Putney Vale Crematorium, 6 septembre 2004).

 


 

Pourquoi Fred E. Weatherly a-t'il écrit une chanson sur les roses de Picardie ?

C'est la question la plus souvent demandée, à laquelle je n'ai pas répondu dans mon livre.
Comment aurait-il pu ne pas avoir la guerre à l'esprit s'il a, comme c'est probable, écrit Roses Are Shining in Picardy (le premier titre de Roses of Picardy) en 1916, pendant que la Picardie était le théâtre de combats auquels les soldats britanniques prenaient une large part ?
J'ai cependant tenu à indiquer que les Anglais de l'époque n'avait pas attendu cette guerre pour penser à la Picardie :
- La Picardie avait été un enjeu de la guerre de Cent Ans. À la citation de Chaucer (page 81), j'aurais pu ajouter Shakespeare qui, dans Henri V (1599), situe une scène «près d'une rivière en Picardie», avant la bataille d'Azincourt.
- La Picardie était avant la Grande Guerre une destination touristique connue des Anglais (page 81).

Voici de nouveaux éléments :
- Un menhir en Écosse, dans le Aberdeenshire, est connu sous le nom de «The Picardy Stone [La pierre de Picardie]». Le peuple Piccardach était installé dans une partie de l'Écosse au Pré-Moyen Âge. Le nom du menhir figure dans un ouvrage publié à Aberdeen en 1856 (Sculptured Stones of Scotland).
- Il y a deux rues à Belvedere, dans le Kent, dénommées respectivement «Picardy Street» et «Picardy Road». Une carte postale écrite pendant la Première Guerre Mondiale est adressée «Picardy Hill» à Belvedere. Mais la dénomination de ce lieu est antérieure, puisqu'il figure déjà dans un annuaire du Kent publié en 1882.
- Le décorateur anglais William Morris (1834-1896) évoque «les nombreuses prairies fleuries de Picardie en été» (dans Some Hints on Pattern Designing, publié à Londres en 1899).

La Picardie était donc depuis longtemps dans la mémoire collective des Anglais, et le mystère de l'inspiration de Fred Weatherly reste entier.

 


 

   

L'hôtel Mueblebach fut construit à Kansas City, au Missouri, in 1915.
Le Cafe Picardy, «un coin de Vieille France,» avec sa piste de danse, était l'un des restaurants de cet hôtel luxueux.
Nul doute qu'on y ait dansé sur Roses de Picardie.
Sur la pochette d'allumettes, la Picardie est décrite «comme une terre de roses et de vignes, de parfums et de vins.»


 

 

Woodland String Band,
à la fête des "Mummers", Philadelphie, Pennsylvanie, 1er janvier 1949.




Pochettes de disques 45 tours.


 

Encart publicitaire
pour le disque de Vince Hill, nº 13 au hit-parade au Royaume-Uni en 1967.
(New Musical Express, 6 mai 1967).

 

Pochettes de disques,
pour le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège et la Yougoslavie.


 

Pochette de disque 33 tours,
réédition canadienne du disque Mr. Banjo's Back In Town (États-Unis, début des années 60).


 

En-tête d'une partition.

A. Spiero, violoniste, était chef d'orchestre dans un cinéma de Blackpool (le Palace Picture Pavilion) où il accompagnait les films muets, et son Picardy Band faisait danser les habitués du salon chinois à la Tower, toujours à Blackpool. Sa présence y est attestée dans une page de publicité de l'éditeur de musique Lawrence Wright en juillet 1919 (The Era, 10 juillet 1919).
Savoir quand A. Spiero a nommé son ensemble « Picardy », montrerait l'influence soit de la chanson Roses de Picardie, soit de la Grande Guerre, soit de la Picardie dans la mémoire collective des Anglais. Je recherche donc cette information. haydnwoodmusic@yahoo.ca

A May Day, ouverture pour orchestre symphonique, composée par Haydn Wood et dédiée à son frère Harry, a été publiée par Hawkes en 1918.

 


 

 

J'ai reproduit dans mon livre (page 37) la une de My Weekly du 27 septembre 1919, avec lequel cette carte postale était offerte. Elle n'y était reproduite qu'en noir et blanc.

Voici l'encart publicitaire publié le même jour dans The Happy Home. Ces deux hebdomadaires publiaient des romans d'amour.

Et voici la carte postale «en belles couleurs» (7,20 x 10,40 cm). Une mention au verso indique à tort qu'elle était offerte avec The Happy Home.

 


 

Paroles de Sidney Holden,
musique d'Otto Motzan,
illustration de Barbelle.
© Otto Motzan, New York, 1927

 


 

Dans ce roman publié au Royaume-Uni en 1980, les Roses de Picardie sont un collier de fabuleux rubis, perdu depuis des siècles et sur lequel plane une sombre malédiction.

Couverture : Granada Publishing Limited, 1981.

 

 

Flacon de parfum
trouvé aux États-Unis.


 

Diapositive pour la promotion du film Roses of Picardy,
un film anglais produit par la Gaumont-British, réalisé par Maurice Elvey en 1927, tourné à Nice en février (voir mon livre, page 50).

 


 

 

Roses de Picardie au cinéma

Une revue des films dans lesquels les personnages écoutent ou interprètent Roses de Picardie,
ou dans lesquels on a utilisé Roses de Picardie comme accompagnement.

 

 


 

 

Marie Rose Julie Billiart,
née en France, à Cuvilly (Oise) le 12 juillet 1751, décédée en Belgique le 8 avril 1816,
a été canonisée le 22 juin 1969.

Ce livre a été publié par les Sœurs de Notre Dame de Namur, à Reading dans l'Ohio (États-Unis), en 1936.


 

 

Gwen Ware était aide médicale volontaire dans l'armée britannique, de 1916 à 1918. Son journal a été publié par le Musée de Farnham (Royaume-Uni) en 1984. La revue anglaise Ancestors a publié en mars 2006 un article sur les aides médicales volontaires pendant la Première Guerre Mondiale. Il est devenu habituel de surnommer ces femmes "les Roses de Picardie".


 

   

Bienvenue à Colonial Heights, Virginie, États-Unis.
J'ai publié une photographie du motel Roses of Picardy dans mon livre (page 80).
Ouvert en 1934 au carrefour des routes 1 et 301, il a disparu au début des années 2000.


 

 

Google Maps

Une rue Roses of Picardy aux États-Unis, à Atlanta.

 

 


 

Sécateurs Picardy,
distribués en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne et Italie, 2012.


 

Étiquette de camembert,
Beurrerie-Fromagerie de la Côte d'Opale à Verton (Pas-de-Calais).


 

























Porcelaines et faïences
fabriquées en Angleterre, en France, en Allemagne, en Tchécoslovaquie, aux États-Unis, au Canada, et au Japon.

Cet aspect de ce que j'ai nommé l'épanouissement de Roses of Picardy, est totalement ignoré dans mon livre.
Je recherche toutes informations sur Brookpark, Castleton, Contour China, Cosmopolitan, Crown Ducal, Elite, Gladstone, James Chatelaine, Johann Haviland, Myott, Noritake, Ridgway, Royal Albert, Royal China, Royal Doulton, Royal Standard, Sovereign Potters, Style House, Théodore Haviland, Victoria, Wedgwood et Woods, en particulier des catalogues, afin de dater ces créations. haydnwoodmusic@yahoo.ca

 

Picardy,
verre créé par Morgantown
(Virginie, États-Unis, années 40).

 

Picardy,
verre créé par Tiffin
(Ohio, États-Unis, années 60).

 

Chope de bière, 1973.


 

Picardy,
Tissu Fothergay (Grande-Bretagne).


 

 

Nappe,
Prints Charming (États-Unis).


 

 

Tablier,
Carlton's Gay Lady (Grande-Bretagne).


 

 

L'automne, Roses de Picardie
"Une tapisserie pour embellir votre intérieur"
The Times, 5 novembre 1985 (voir mon livre, page 53).


 

Rose de Picardie,
Rideau en crochet, créé par Lucille Laflamme (Tricot Selection hors série Crochet d'art).
© Éditions de Saxe, 2001






Harmonisation de couleurs,
Real Silk Company, Indianapolis (États-Unis).
© Taylor System of Color Harmony, New York, 1925


 

Picardy,
Robe en tricot (McCall's Needlework & Crafts, printemps-été 1965).
© McCall Corporation, 1965


 

 

Roses in Picardy,
Chemisier en crochet, créé par Darma Bregoli (Magic Crochet, nº 85, août 1993).
© Les Éditions de Saxe S.A., 1993


 

Roses of Picardy,
Dessus-de-lit (Quilt, printemps 1995).
© Harris Publications, Inc., 1994

 

Picardy Roses,
Dessus-de-lit, créé par Dee Rinard, Abilene, Texas (Old-Fashioned Patchwork, été 1992).
© Harris Publications, Inc., 1992


 

Coussin,
trouvé aux États-Unis.


 

Roses of Picardy,
Napperon en crochet (Magic Crochet, nº 101, avril 1996).
© Les Éditions de Saxe S.A., 1996


 

 

Tapis,
en laine peignée.
Dritz (USA).


 

Roses of Picardy,
Cake, créé par Pat Garner, Hazlemere, Royaume-Uni (Sugarcraft, nº 11, juillet-août 1995).
© Squires Kitchen Magazine Publishing Ltd., 1995


 

 

Étiquettes de cageots d'agrumes (Californie).


 

   

Puzzle (États-Unis).
© The Tuco Work Shops, Inc., 1933


 



Poupée conçue par Robert Raikes,
robe et accessoires vendus en kit par la American Kit Company (États-Unis).


 

Médaille,
Rallye motocycliste, Saint-Quentin (Aisne), 1973


 

Carte,
premier jour du timbre Picardie, 15 novembre 1975.


 

Enveloppe,
premier jour du timbre Picardie: La rose, 25 avril 2009.


 

 


 

Kabrin, 2007.


Roses de Picardie : 100 ans de succès

Une conférence Gilles Gouset


Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Les enregistrements de Roses de Picardie
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie au cinéma
      Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

Cette page a été mise à jour le 3 septembre 2016.

Les illustrations ne doivent pas être reprises sur un autre site Internet, ni reproduites ou publiées par quelque procédé que ce soit, sans autorisation préalable. La reproduction à titre privé est autorisée par la loi.

© Gilles Gouset, 2005-2016
Tous droits réservés