Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Les enregistrements de Roses de Picardie
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie au cinéma
      Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

 

 

 

Haydn Wood et l'Île de Man

 

 

Un enfant déluré dans un milieu musical.

Douglas, la capitale de l'Île de Man, était une station balnéaire à la mode. La famille de Haydn Wood avait l'habitude de faire le voyage depuis Slaithwaite dans le Yorkshire, pour y prendre des vacances. Pour la saison touristique 1885, l'un des enfants - Harry, jeune violoniste entreprenant - fut engagé à l'âge de 17 ans comme premier violon et soliste du grand orchestre du Falcon Cliff Castle. Cet été-là, Sabra Wood emmena ses filles Mary Hannah, Sophia, Adeline et Eliza, et son petit Haydn, âgé de trois ans, écouter et admirer fièrement Harry et l'orchestre.

 

Le petit Haydn et sa sœur Sophia.

 

Plus tard la même année, Clément et Sabra Wood laissèrent à Mary Hannah et son mari l'exploitation de leur hôtel et pub le Lewisham à Slaithwaite. Ils poursuivirent leurs activités d'aubergistes en s'installant avec six de leurs huit enfants, à Douglas, sur le quai du Nord, à l'hôtel Black Lion. Ils avaient espéré que l'air marin ferait du bien à Clément dont la santé était fragile. Mais Clément décéda chez lui un an plus tard environ, le 22 décembre 1886, à l'âge de 53 ans.

 

La pointe indique l'hôtel Black Lion, quai du Nord, à Douglas.

 

Sabra prit en charge le Black Lion. Elle et ses enfants y vécurent jusqu'en février 1889 quand ils déménagèrent pour le 17 rue Albert, toujours à Douglas. Haydn, à l'âge de 9 ou 10 ans, écrivit cette adresse en-tête de la couverture de son cahier de musique numéro 3. Ce cahier contient des esquisses de compositions, dont par exemple, une valse : Evia.

 

 

On sait qu'Haydn fréquenta l'école de garçons de la rue Tynwald puis la Douglas High School for Girls, un collège privé pour filles tenue par les Demoiselles Green au 33 Derby Square. "Au cours du premier trimestre, j'ai fait l'école buissonnière pendant trois semaines avant de me faire prendre. Les Demoiselles finirent par aller voir ma mère un matin pour lui demander la raison de mon absence. La surprise fut totale pour ma mère car je rentrais normalement à la maison pour déjeuner. Je passais la plus gros de mon temps dans un jardin fruitier aux abords de la ville, mais j'avais fini par oser m'aventurer au centre ville."

Vers l'âge de sept ans, Haydn prit des leçons de violon de son frère Harry qui avait alors environ 21 ans. Harry était un excellent professeur qui eut plusieurs élèves admis à l'Académie Royale et au Collège Royal de Musique à Londres. Haydn aimait pratiquer, et il apprenait vite. Il aimait se retrouver dans l'orchestre des élèves de son frère, mais il n'aimait pas jouer en soliste : "Parmi mes premiers souvenirs, il y a ces innombrables concerts de charité et les thé-concerts organisés par la paroisse. Je détestais rentrer à la maison et entendre ma mère me dire qu'Untel était venu demander si je pourrais me produire dans tel ou tel concert… Je fondais immédiatement en larmes." Et pourtant, il ne tarda pas à être rongé par l'ambition de devenir un soliste reconnu.

Harry Wood - plus tard consacré Roi de la Musique en Île de Man - se réjouissait de faire chaque été environ 50 000 entrées par semaine, avec ses cinq orchestres de concert et de danse. Le jeune Haydn, comme d'autres membres de la famille - son frère Daniel devint l'un des meilleurs flutistes classiques de son époque - en récolta les bénéfices. Dès sa onzième année, il gagnait en expérience en jouant l'après-midi et le soir dans les orchestres d'Harry au Derby Castle ; il s'y produisait aussi en soliste. Pour couronner le tout, il participait aussi aux concerts organisés par Harry au Grand Théâtre.

 

 

En 1896 - il avait 14 ans - Haydn gagna Londres pour pousser plus avant ses études dans l'art du violon. Il fut admis l'année suivante au Collège Royal de Musique. Il y resta six ans, ses frais d'études entièrement couverts par des bourses. Vers janvier 1897, sa mère veuve et les enfants avaient déménagé au 1 Marathon Terrace à Douglas. Haydn leur rendait régulièrement visite . Un chroniqueur de Slaithwaite fut témoin d'une de ces visites : "Non seulement les fils de feu M. Clément Wood sont des musiciens-nés, mais les filles ont aussi des talents innés. Cependant, ce qu'il y a de plus beau dans la famille, c'est la chère vieille maman avec son cadet, Haydn. Quand la fierté de ses vieux jours revient de Londres, les retrouvailles sont des plus touchantes et pleines de tendresse réciproque." Sabra mourut à Slaithwaite le 19 juin 1902. Elle et son époux sont enterrés au cimetière de Old Kirk Braddan (Île de Man).

 

Marathon Terrace sur la Queen's Promenade.

 

À l'occasion de ses visites, Haydn jouait dans les orchestres d'Harry au Palace et au Gaiety Theatre, où il figurait aussi en soliste. En novembre 1902, il fut premier violon de l'orchestre dans l'œuvre à grand spectacle King Gobnageay au Gaiety Theatre. Au cours de l'été qui suivit la fin de ses études en 1903, il fut premier violon et chef d'orchestre adjoint dans les concerts du dimanche soir au Palace. Il fut à nouveau premier violon au Gaiety en 1904 dans un grand spectacle féerique pour enfants Babes in the Wood, conçu par Harry Wood, directeur artistique. Leur sœur Adeline était totalement impliquée : non seulement elle créa les parties dansées et organisa l'atelier de costumes, mais elle monta aussi sur les planches dans chacun de ces deux spectacles.

 

 

Les allers et retours d'un musicien voyageur.

En 1909, Haydn Wood épousa la soprano Dorothy Court et le couple élut domicile à Londres pour le reste de leur existence. De 1913 à 1925, ils firent le tour des music-halls britanniques avec succès. Ils présentèrent leur numéro à Douglas, au Palace et au Derby Castle, tous les ans pendant la saison d'été, sauf pendant les années de guerre quand les services gouvernementaux occupèrent les lieux.

D'après le recensement de 1911, Harry et Adeline avaient déménagé au 1 Osborne Terrace, toujours à Douglas. C'est là que Haydn et Dorothy séjournaient quand ils revenaient dans l'Île, que se soit pour participer à un spectacle ou un concert, ou pour prendre des vacances. Haydn aimait aller à la pêche, jouer au golf, partir en randonnée et, pour couronner le tout, avoir des discussions passionnées avec son frère à propos de cricket.

 

De gauche à droite : Harry, Adeline, Haydn et Dorothy, en 1934.

 

Au milieu des années 20, Haydn Wood commença une carrière de chef d'orchestre pour sa propre musique. Il dirigea plusieurs de ses œuvres au Palace. Le 19 juin 1927, au cours d'un grand concert de musique celtique dans lequel Harry était très impliqué, il dirigea l'Orchestre du Palace dans A Health to All Who Cross the Main [À la santé de ceux qui traversent le détroit], un chant pour baryton, chœur et orchestre, paroles du poète mannois Henry Hanby Hay, qu'il avait composé pour la Fête du retour des expatriés.

Deux concerts lui furent entièrement consacrés le 22 juillet 1928 et le 17 août 1930. Haydn et Harry dirigèrent l'Orchestre du Palace dans quelques-unes de ses œuvres pour orchestre. Il prit son violon pour jouer en soliste des morceaux de virtuosité. Soprano, ténor et baryton donnèrent ses chansons les plus populaires, accompagnés parfois par Haydn au violon ou au piano. La première de la berceuse The Fairy Changeling [L'enfant substitué par les fées], paroles de Henry Hanby Hay, fut donnée dans le concert de 1928.

 

 

Ce n'est pas avant 1931 que Haydn Wood commença à écrire ses œuvres pour orchestre de tradition mannoise. La première à être présentée à Douglas fut Mannin Veen le 9 juillet 1933, sous sa direction. Dans le même concert, il dirigea l'andante et le final de son nouveau concerto pour violon, avec le violoniste espagnol Antonio Brosa et le Grand Orchestre du Palace.

Haydn et Dorothy eurent les honneurs de la presse à leur arrivée à Douglas le 26 janvier 1938. Ils venaient pour de courtes vacances consacrées au golf, et pour participer au banquet annuel du club Ellan Vannin le 29 janvier. Harry fut élu Président du club cette année-là. Durant le banquet, Hilton Cullerne joua deux pièces pour violon composées par Haydn Wood, Slumber Song [Berceuse] et Elfin Dance [Danse du lutin], accompagné par Haydn au piano. Hilton Cullerne était un neveu d'Harry et Haydn ; ils furent ses premiers professeurs de violon quand enfant, il habitait dans l'Île de Man.

Lochinvar pour chœur et orchestre, composé par Haydn Wood en 1911 sur un texte de Walter Scott, fut la pièce maîtresse du concert de clôture du Manx Music Festival, au Palace, le 27 avril 1939. Lochinvar fut chanté par l'ensemble des groupes ayant participé au festival, sous la direction du compositeur qui reçut une formidable ovation.

 

Lochinvar fut retransmis par la BBC, comme en témoigne le micro perché à droite de HaydnWood.

 

Sophia était décédée à Douglas en 1929. Harry, lui, décéda le jour de Noël 1938 à Golcar dans le Yorkshire, où il passait des vacances chez sa sœur Eliza. À cause de la guerre, avril 1939 fut la dernière fois où Haydn séjourna dans l'Île de Man, avant d'y revenir en 1947. Adeline a du se sentir très seule quand les autorités militaires se sont installées dans leur maison pendant la guerre. Son départ de Douglas pour aller vivre avec sa sœur Eliza à Golcar, marqua la fin de la présence des Wood dans l'Île de Man.

Encouragé par le succès de Lochinvar en 1939, Haydn Wood décida de composer une autre œuvre grandiose pour chœur et orchestre, Ode to Genius, avec l'intention de la créer à l'occasion du cinquantième Manx Music Festival en 1940. Mais à cause de la guerre, Ode to Genius ne fut programmée qu'en 1946. On s'attendait à ce qu'il soit présent pour en diriger la première exécution au Gaiety Theatre, mais les circonstances l'empêchèrent de faire le voyage jusqu'à Douglas.

Quand enfin Haydn Wood fit la traversée avec Dorothy le 30 avril 1947, tous les deux durent se sentir extrêmement heureux. C'était pour la conférence du Rotary International à Douglas, avec ses 4 500 délégués. On lui avait donné carte blanche pour mettre en place un concert avec à sa disposition un orchestre, un chœur et des solistes vocaux. Le concert réservé aux délégués, eut lieu au Palace le 4 mai 1947. Il dirigea A Manx Rhapsody, Torch of Freedom [Torche de la liberté], Mannin Veen, Manx Countryside Sketches, et Ode to Genius. Parmi les chansons, il y eut I Bended Unto Me a Bough of May, sur des paroles savoureuses du poète mannois T. E. Brown.

 

 

"Haydn est toujours atteint de composionitis." (Dorothy Court, 26 juin 1947)

Bien qu'il n'ait jamais vécu en permanence dans l'Île de Man après l'âge de 15 ans, Haydn Wood, à l'aise pour composer un concerto aussi bien qu'une chanson à succès, entretint une relation intime avec la culture mannoise, et trouva l'inspiration dans ses mélodies, ses poèmes et ses légendes. On ne sait pas s'il a recueilli à la source des airs traditionnels, à l'exception d'un hymne funèbre que lui a transmis un bedeau. Parmi ses quelques 80 œuvres pour orchestre, plusieurs empruntent aux chants traditionnels et aux légendes de l'Île, d'autres sont sa contribution originale au patrimoine mannois. Même son ouverture A May-Day [Le premier jour de mai] (1918), a probablement été inspirée par les fêtes gaéliques autour du 1er mai, bien qu'il lui ait d'abord donné le titre d'Ouverture rustique. Voici les titres des compositions pour orchestre de Haydn Wood, à caractère mannois :

A Manx Rhapsody (1931).
Mannin Veen, Dear Isle of Man [Chère Île de Man], A Manx Tone Poem (1933).
A Manx Overture, The Isle of Mountains and Glens [L'Île des Montagnes et des Glens] (1937).
King Orry [Le roi Orry] (1939).
Manx Countryside Sketches [Croquis de la campagne mannoise] (1943).
Mylecharane, Rhapsody (1946).
A Pageant of the Isle of Man [Musique pour une reconstitution historique] (1951).

 

Le conduceur de King Orry, avec un surtitre de travail barré :
The Land of Mystic Shadows on the Hills
[Le terre des collines aux ombres mystiques].

 

À l'occasion de la première diffusion par la BBC de Mannin Veg Veen, en février 1933, Haydn Wood a déclaré à l'Isle of Man Times : "Les critiques ont été frappés par la beauté des airs nationaux mannois. J'en suis très fier et c'est une récompense pour moi que nos airs soient ainsi appréciés… Ma première intention était d'appeler cette œuvre Mannin Veg Veen (Chère petite Île de Man), mais je me suis aperçu que les gens appuyaient trop sur le "veg" [légume] comme un serveur dans un restaurant à bas prix, qui hurle une commande en direction de la cuisine : 'de la viande et un peu d'légumes'. J'ai décidé de retirer du titre les pois et les pommes de terre."

Haydn Wood a composé la musique d'environ 200 chansons ; voici la liste de celles dont les paroles ont été écrites par des auteurs mannois :

Henry Hanby Hay: Cupid's Hunt [La quête de Cupidon] (1907).
Cushag (Josephine Kermode): The Phynodderee [Le lutin] (1909), composé à l'occasion du Manx Festival 1910 et dédié à Mme Laughton, de Peel.
Henry Hanby Hay: A Health to All Who Cross the Main [À la santé de ceux qui traversent le détroit] (1927), composé à l'occasion des Fêtes du retour des expatriés, juin 1927.
Henry Hanby Hay: The Fairy Changeling, Lullaby [L'enfant substitué par les fées, berceuse] (1930).
Philip W. Caine: The End of the World [La fin du monde] (A Manx Spiritual) (1934).
Richard Corrin: A Thousand Beautiful Things [Un millier de belles choses] (1946).
T.E. Brown: I Bended Unto Me a Bough of May [Je plié vers moi un rameau d'aubépine] (1947).
Richard Corrin: Song of a Thankful Heart [Chanson d'un cœur reconnaissant] (1948).
W. H. Gill: Mylecharane [Chant traditionnel pour baryton et orchestre] (1948).
Marie Rose Martin: A Song of Devotion [Un chant de dévotion] (1949).
Richard Corrin: As I Go on My Way [En allant sur mon chemin] (1950).
Marie Rose Martin: Remember Me [Ne m'oublie pas] (1951).

 

 

Jeune homme, Haydn Wood a écrit et composé six chansons sous le pseudonyme de Hilton Schofield. Peut-être inspirés par sa vie dans l'Île de Man, ce sont des textes bucoliques pleins de jeunesse : Spring-time [Le printemps] (1905), On a Spring Morning [Un matin de printemps] (1909), The Frog's Lament [La complainte de la grenouille] (1912), Fickle Fortune [La chance est volage] (1912), A Breezy Ballad [Une ballade rafraîchissante] 1912), et Wings of Morning [Les ailes du matin] (1914). Par exemple, Un matin de printemps raconte les garçons et les filles qui courent dans la prairie, gambadent et s'amusent, dansent et chantent un matin au soleil, pendant que les cloches célèbrent un mariage et que le son des cornemuses rajeunit le cœur des vieillards.

Peut-être aurait-il composé davantage de chansons sur des textes mannois ? Mais c'était à ses éditeurs londoniens que revenait le choix des auteurs et des paroles.

Du 14 au 18 février 1939, au Palais de la Danse à Douglas, la Compagnie du Gaz organisa une exposition d'appareils ménagers équipés au gaz, avec démonstrations d'art culinaire, et complétée par un spectacle haut en couleurs très remarqué. On y racontait l'évolution des sciences et des techniques à travers les âges, en sept tableaux parlés et chantés, avec effets spéciaux, et accompagnés par un petit orchestre. Il y avait la Cavalcade de la création et la Cavalcade de la mer, dont la musique avait été composée par Haydn Wood, et la Cavalcade du charbon, dont la musique avait été composée par son frère Harry.

 

Célébrations.

Le 5 juillet est jour de Fête Nationale dans l'Île de Man, c'est "Tynwald Day". Le 5 juillet 1926, la BBC à Manchester transmit un programme de musique mannoise ; le 5 juillet 1931, elle présenta dans tous le pays un concert de musique celtique depuis le Palace à Douglas - concert au cours duquel fut donné A Manx Rhapsody de Haydn Wood, et le 5 juillet 1942, elle offrit un programme de musique spécialement enregistrée pour le Tynwald Day. Haydn Wood ne pouvait se contenter de ces trois occasions en l'espace de dix-sept années. De 1944 à 1950, il ne manqua jamais d'encourager la BBC à diffuser de la musique mannoise le jour de la Fête Nationale de l'Île de Man. Ce fut sans succès. "Aucun autre compositeur n'a essayé autant que moi de supporter la cause de la musique traditionnelle mannoise, et je ne peux m'empêcher de penser que si quelques uns de mes contemporains avaient manifesté le même intérêt, la BBC aurait considéré d'un autre œil mes propositions." Enfin, le 5 juillet 1951, ses deux Manx Country Sketches furent transmis au cours d'un concert, dans le cadre de l'émission "Musique à l'heure du thé". Et le 5 juillet 1952, deux succès le même jour : Stanford Robinson dirigea le BBC Opera Orchestra dans Mannin Veen, et Haydn Wood dirigea le BBC Northern Orchestra dans un concert entier de ses compositions intitulé "Musique pour Tynwald Day". Depuis lors et jusqu'à sa disparition en 1959, plus jamais Haydn Wood n'eut l'occasion de diriger pour la BBC ses compositions mannoises, ni même d'entendre à la radio de la musique mannoise pour le Tynwald Day.

Pour le Festival de Grande-Bretagne 1951, on demanda à Haydn Wood de composer la musique pour un grand spectacle reconstituant l'Histoire de l'Île de Man, sur un livret de l'auteur anglais Lawrence du Garde Peach. Ce spectacle fut une entreprise gigantesque, avec des centaines d'acteurs, danseurs et musiciens, avec solistes, chœurs et orchestre symphonique. Wood créa la musique de 23 des 31 numéros du spectacle. Avec son épouse Dorothy, il assista à toutes les représentations. Elles eurent lieu à Ramsey, Peel, Castletown et Douglas, du 19 juin au 3 juillet. Ce fut la dernière contribution de Haydn Wood au répertoire musical de l'Île de Man.

 

 

Harry et Haydn Wood arrivèrent dans l'Île de Man au moment où sa culture commençait à s'angliciser. Ils étaient à la pointe de la musique populaire de leur époque. Sous le feu des projecteurs, ils contribuèrent à la création et au succès des airs et des danses à la mode qui se substituaient aux anciens cultes dont les feux éclairaient autrefois les montagnes. Et pourtant, ils aimaient les vieilles coutumes de leur Île, dont ils réussirent à préserver et à promouvoir la musique traditionnelle.

À l'occasion du 50ème anniversaire de la mort de Haydn Wood, un grand concert eut lieu à la Villa Marina, à Douglas, le 22 novembre 2009. La soirée, présentée par Charles Guard de la Manx Heritage Foundation, remit à l'honneur l'héritage musical des frères Wood. L'Orchestre Symphonique de l'Île de Man, les Chorales et des solistes de l'Île, dirigés par Maurice Powell, interprétèrent des œuvres des trois frères - Haydn, Harry et Daniel. Dans le programme souvenir, Breesha Maddrell avait écrit : "Les arrangements de Haydn Wood rendent pleinement justice aux chants et mélodies traditionnelles de l'Île de Man - il en explore les tournures avec charme et élégance, il les développe et les amalgame avec sensibilité et respect."

 

1 Osborne Terrace (maison bleue), la seule résidence des Wood qui reste aujourd'hui à Douglas.

 


Accueil Biographie Les partitions disponibles L'histoire vraie de Roses de Picardie
Qui sommes-nous ? Ce jour-là, Haydn Wood… Les œuvres enregistrées Les paroles de Roses de Picardie
Nous écrire Haydn Wood et Slaithwaite Les concerts Les partitions de Roses de Picardie
  Haydn Wood et l'Île de Man   Les interprètes de Roses de Picardie
Le magasin de musique Haydn Wood Haydn Wood symphoniste   Une discographie de Roses de Picardie
Notre CD A Breezy Ballad Haydn Wood et le cinéma   Les enregistrements de Roses de Picardie
Nos conférences Haydn Wood 2009   Roses de Picardie au cinéma
      Roses de Picardie : chroniques d'une recherche

Cette page a été mise à jour le 24 juillet 2011 .

Les illustrations ne doivent pas être reprises sur un autre site Internet, ni reproduites ou publiées par quelque procédé que ce soit, sans autorisation préalable. La reproduction à titre privé est autorisée par la loi.

© Marjorie Cullerne et Gilles Gouset, 2010-2011
Tous droits réservés